Accueil Retour d'expatriation FIN DE CONTRAT A L'ISSUE D'UNE EXPATRIATION ? QUEL OUTPLACEMENT CHOISIR ?
13 novembre 2020

Fin de contrat à l’issue d’une expatriation : quel outplacement choisir ?

Expatriation rime avec rêve, défi, et succès.  Néanmoins, l’aventure parfois tourne court. Dans ce cas, quels sont les risques et les points d’appui pour les expatriés ? Comment rebondir ? Un accompagnement comme l’outplacement s’avère-t-il utile et si oui, comment le choisir ?
Interview d’Alix Carnot, directrice associée d’Expat Communication.


Alors que la situation économique mondiale se tend, le sujet n’est plus tabou. Longtemps préservés par les entreprises, les talents internationaux se voient aujourd’hui touchés par des retours non désirés, et parfois, par des licenciements. 


Quel est la première réaction des expatriés en apprenant la fin de leur contrat ?
Comme tout le monde, la colère et le déni, surtout lorsque cette annonce s’accompagne d’un retour non souhaité. Plus rarement l’inquiétude. En effet, on ne devient pas expatrié par hasard. En général, ce type de parcours s’adresse à des profils évolutifs choisis pour leur expertise, leur performance et leur loyauté. Habitués à prendre des risques et à se débrouiller par eux-mêmes, ils ne s’effraient pas d’une rupture professionnelle.
Le risque alors, c’est qu’auréolé par un « track record » prestigieux, ils minimisent les enjeux de leur situation. Alors souvent, quand on évoque avec eux l’ouplacement, ils balaient l’offre d’une main : « Ne vous inquiétez pas, jusqu’ici, j’ai toujours su rebondir. Je vais appeler mon réseau et notamment mes amis chasseurs de tête. Dans trois mois, cette mauvaise passe sera derrière moi »


Et selon vous, ils devraient s’inquiéter ?
S’inquiéter non, regarder la situation plus en profondeur, oui. Beaucoup d’expatriés ont des profils de haut vol et a priori leur employabilité semble optimale. Néanmoins, performer dans une entreprise ne signifie pas performer dans sa recherche d’emploi. Il s’agit d’autres compétences. Or certains collaborateurs internationaux peuvent être freinés dans leur élan parce qu’ils n’ont plus les connexions et les réflexes pour rebondir dans leur nouvel environnement. 
Les principaux handicaps de l’expatrié sur le marché de l’emploi à son retour sont : 

  • Un réseau obsolète,
  • La méconnaissance des codes du marché du travail local,
  • La difficulté à se positionner et à évaluer sa valeur ajoutée sur le marché
  • La difficulté à valoriser son parcours international dans un environnement national.

A cela s’ajoutent la solitude et la déstabilisation qu’engendrent inévitablement un retour de l’étranger, et la remise en question liée au licenciement.
Voilà pourquoi la durée de recherche d’emploi des anciens expatriés se révèle souvent finalement beaucoup plus longue que prévu. Et la conjoncture actuelle exige un professionnalisme accru dans la recherche d’emploi.

Face à ces difficultés que peut apporter un outplacement ?

  • L’outplacement permet d’abord de canaliser ses émotions et de trouver des repères dans une conjoncture déstabilisante. 
  • L’objectif est ensuite de prendre du recul pour clarifier ses objectifs et définir ses marges de manœuvre. A partir de là, le programme d’outplacement permet d’établir un bilan et de définir un projet puis à peaufiner ses outils et son « personal branding ».
  • Le rôle du coach consiste à l’aider à identifier ses forces mais aussi à cerner les difficultés et les défis à relever, en tenant compte notamment de la situation du marché de l’emploi.
  • Parallèlement, le programme permet de mettre en œuvre une stratégie de recherche réaliste. Sans oublier un plan d’action précis et ponctué de jalons. Le rôle du coach consiste alors à encourager, et à challenger si nécessaire. 


Et pourquoi un outplacement spécialement conçu pour les expatriés 

Spécialement formés à l’accompagnement des expatriés, à la fois coachs et anciens RH, les consultants d’Expat Communication ont l’expérience des enjeux des retours d’expatriation. Ils connaissent le marché du travail concerné et parlent la même langue que l’expatrié. 
Ils ont mis sur pied un programme de recherche d’emploi, extrêmement structuré et outillé, spécifique pour les expatriés qui fonctionne depuis plus de 6 ans. Les candidats bénéficient ainsi d’une remise à niveau rapide dans « l’art de chercher du travail à la française », ou sur le marché de leur choix.
Alternant travail individuel et ateliers, ce programme s’appuie sur un recours intensif au networking et aux enquêtes terrain. Cette approche permet au candidat de se repositionner et de réactiver son réseau. Les candidats peuvent s’appuyer sur le large réseau d’expatriés d’Expat Communication.
De nombreuses mises en situation permettent de valider l’ajustement de la posture du candidat et à travailler sur la transférabilité de ses compétences. Ce travail d’analyse et de story-telling aide à valoriser des parcours internationaux qui déroutent souvent les recruteurs.

Pour en savoir plus sur les programmes d’outplacement spécifiques pour les expatriés d’Expat Communication.

  Alix Carnot

 Directrice associée d’Expat Communication depuis 2017, Alix a été expatriée dans 4 pays avec sa famille en menant une carrière en outplacement puis talent development. Elle est également l'auteur  de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples aventuriés.

Dans le même sujet

Fermer