Accueil Expat Lab Les enquêtes LE BAROMETRE 2019 : les grandes tendances

Les grandes tendances

En 2015, avec le soutien de la Caisse des Français de l’étranger et d’un groupe de partenaires (Région Ile de France, Banque Transatlantique, l’Agence Française de développement, Saint-Gobain, Adéo et Sage International), Expat Communication créé un « Expat Lab » dédié au suivi des grandes tendances de la mobilité internationale. Il intègre en particulier une grande enquête analysant tous les deux ans les tendances de la mobilité internationale. 


La Caisse des Français de l’Étranger et Expat Communication ont publié début juin les premiers résultats de la 3ème vague de ce baromètre. Plus de 7 600 réponses et 24 000 verbatims ont été collectés, soit plus du double de la vague précédente en 2017. Cette analyse détaillée de l’impact de la mobilité internationale sur la vie et la carrière des expatriés permet de balayer bien des clichés. Au-delà des aspects liés aux motivations d’expatriation, à la rémunération et au classement des pays les plus attractifs, ce qui frappe cette année dans les retours, reste le difficile équilibre entre la carrière, le couple et la famille en expatriation, mais aussi au retour.

 


 

Ainsi, quand on demande quelles sont les priorités en expatriation ? La vie de couple et de famille fait partie des 3 priorités les plus citées pour 64 % des répondants, juste derrière la carrière professionnelle (69 %) et devant la découverte du pays (58 %).
Comment concilier carrière, couple et expatriation ? C’est la grande question de l’enquête.


On s’expatrie pour sa carrière 
64 % des expatriés considèrent que l’expatriation est bonne pour leur carrière et 57 % ont amélioré leur niveau de vie. Au retour, ils sont encore 58 % à penser que l’impact sur leur carrière a été positif.


Un développement d’abord personnel 
L’expatriation est plébiscitée par 8 3% des expatriés ; les principaux bénéfices étant le développement personnel, cité dans les 3 principaux bénéfices par 62 % des personnes concernées, à égalité avec la découverte d’un nouveau pays/culture. La progression professionnelle suit en étant citée par 39 % des répondants.


Le prix à payer : nostalgie et solitude
Les trois principales difficultés en expatriation, largement commentées dans les verbatims, sont la nostalgie par rapport à ses amis et sa famille (42 %), la barrière de la langue (28 %) et la solitude (24 %).


La protection sociale : un sujet méconnu
L’enquête démontre que seuls 32 % des expatriés s’informent sur la protection sociale à leur départ de France. Or, une bonne protection sociale choisie en amont permet de partir sereinement et d’être protégé en toute circonstance car le système français ne se transpose pas. La protection sociale concerne la couverture santé, la prévoyance et la retraite, trois thématiques cruciales lorsqu’on est loin de la France et de notre système de santé.
Une bonne information au départ de France est importante mais également au retour. Selon l’enquête, 44 % des expatriés rencontrent des difficultés au retour dans leurs démarches administratives, il est essentiel d’anticiper ces obstacles en choisissant une couverture santé en lien avec la Sécurité sociale française et ainsi maintenir ses droits tout au long de votre expatriation.


Un fort déséquilibre au sein du couple
L’enquête confirme les résultats des vagues précédentes : quand un couple est envoyé en expatriation par une entreprise, dans 90 % des cas, c’est l’homme qui est muté et la femme qui suit. Seuls 40 % des conjoints des expatriés d’entreprise travaillent. Une réinvention que seuls 60 % d’entre eux considèrent comme une opportunité.
45 % des expatriés pensent que l’expatriation a rapproché leur couple. A l’opposé, 8% des couples interrogés au retour sont séparés. Or divorce en expatriation et plus encore en cas de dépendance financière peut vite devenir problématique.


Et les enfants dans tout ça ?
Les parents sont satisfaits de l’impact de l’expatriation sur leurs enfants. Au départ comme au retour, l’expatriation est considérée comme positive pour eux à 62 %. 98 % des parents pensent que leurs enfants se sont bien adaptés à l’étranger.


Le mal du pays … 
Même si les enfants s’adaptent rapidement, la perte des amis reste une difficulté à surmonter pour 45% d’entre eux et le « mal de famille » pour 55 % d’entre eux. Mais, les bienfaits d’une expatriation pour les enfants restent globalement plus importants : pour 82 % des parents, ils résident dans la découverte d’une nouvelle culture, 81%, à apprendre une nouvelle langue mais au-delà de tout cela, les parents se félicitent de la plus grande ouverture d’esprit de leurs enfants (87%).


Côté scolarité 
60% des expatriés français ont au moins un enfant scolarisé dans le système français de l’étranger. (Une exception française car seuls 12% des enfants d’autres nationalités poursuivent à l’étranger dans le système de leur pays). Un atout essentiel permettant aux enfants français de maintenir une continuité et aux parents de suivre facilement la scolarité de leurs enfants. 70 % des parents ont également privilégié la culture d’origine de leur pays pour leurs enfants pendant l’expatriation. Un choix sans doute judicieux puisque le déracinement est globalement cité en troisième position comme difficulté majeure rencontrée lors de l’expatriation pour 1 enfant sur 4.


Autres résultats de l’étude sur demande auprès de : expatlab@expatcommunication.com
 

 

L’enquête s’intéresse à l’impact de l’expatriation de façon globale, elle touche ainsi à de nombreux sujets et préoccupations de l’expatrié ou de l’impatrié au sein de la vie professionnelle, personnelle, sociale et familiale.

Quelques exemples ci-dessous :

                                                                                    
Les premiers résultats de l'enquête ont été présentés mardi 11 juin 2019 lors de la 12ème édition des Rencontres de la Mobilité Internationale durant une conférence en compagnie d'Alix Carnot, Menushka van der Westhuizen, Rachida Kaci, Lionel Grotto, Pascale Mc Lachrie et Thaouri Zamouri. 

 

                                                                           
 
Méthodologie 
Enquête réalisée par questionnaire sur internet, du 15 février au 30 avril 2019 auprès de plus de 300 000 personnes de plus de 18 ans, de toutes nationalités, ayant vécu ou vivant une expérience d’expatriation de plus d’un an. Sous l’égide notamment du Professeur Olivier Wurtz, PhD enseignant chercheur aux Arts et Métiers, à l’ESCP en France et à l’Université de Vaasa en Finlande. Il coordonne des programmes de recherche sur l’expatriation avec des universités américaines et européennes. Les résultats de cette enquête seront intégrés à ces efforts de recherche.

 

À propos d’Expat Communication 
Depuis 2001, Expat Communication est l’expert de l’accompagnement humain de l’expatriation. Son métier : identifier et transmettre aux expatriés les clés d’une mobilité réussie. Pour cela, son Expat Lab rassemble, analyse et diffuse les données relatives aux tendances de l’expatriation et publie régulièrement les résultats de ses enquêtes et projets de recherche ainsi que des livres de références sur l’expatriation. Le pôle Network édite deux sites : femmexpat.com , le magazine de l’expatriation au féminin et expatvalue.com , le site sur la carrière en expatriation. Le pôle coaching et formation prépare et accompagne les expatriés et leur famille dans leur mobilité pour le compte des grandes entreprises grâce aux coachs rassemblés dans sa Coach Academy. www.expatcommunication.com .


À propos de la CFE 
La Caisse des Français de l'Étranger (CFE) est une caisse de Sécurité sociale spécialement créée pour les Français expatriés en 1978. Elle assure une protection sociale de même niveau qu’en France, quels que soient la situation durant l'expatriation ou le pays de résidence et ce sans exclusion liée à la nature de la pathologie ou des circonstances (catastrophe naturelle, faits de guerre, attentat...). La CFE assure la continuité avec la Sécurité sociale au départ et au retour d'expatriation et assure un même niveau de remboursement qu'en France pour les frais de santé à l'étranger ou pendant les séjours temporaires en France. En 2018, près de 200 000 personnes sont couvertes par la CFE dans le monde entier. www.cfe.fr

Pour en savoir plus !
Vous êtes intéressé par les résultats de l'enquête, vous souhaiteriez réaliser un reportage sur l'enquête, vous êtes une entreprise et souhaiteriez réaliser un benchmarck auprès de vos salariés : nous sommes à votre disposition. Veuillez pour cela remplir le formulaire ci-dessous à cet effet.

Dans le même sujet

Fermer